Déréférencement de condamnation dans Google.

Déréférencement de condamnation dans Google. Par Arnaud Dimeglio, Avocat.: Le 27 novembre 2019, la Cour de cassation a rendu un arrêt relatif au déréférencement dans le moteur de recherche Google de comptes rendus d'audience (...)

La liberté d'expression revendiquée par les moteurs doit être mise en balance avec les droits des personnes et de leurs données personnelles. Le droit du public à l'information ne peut prendre n'importe quelle forme, n'importe quelle étendue. C'est la leçon qu'on peut tirer de l'arrêt commenté.

On souhaiterait  que cette mise en balance soit aussi faite avec la liberté d'entreprendre et les droits de l'entrepreneur : Un entrepreneur peut-il voir sa communication confisquée par un annuairiste au prétexte d'un droit du public à accéder à une information sur les professionnels ?

Si cette information répond à un certain objectif de police et de transparence du commerce et de l'industrie, elle ne devrait toutefois pas se faire au seul bénéfice lucratif de l'annuairiste, dans la mesure où l'entrepreneur fiché par l'annuairiste verrait ses propres efforts de communication dévoyés.

La liberté d'expression dserait mise à mal, puis finalement méprisée, à force de servir des intérêts mercantiles.

Le CSA condamné à verser un million d’euros à la chaîne C8

Le CSA condamné à verser un million d’euros à la chaîne C8: Le Conseil d’Etat avait déjà annulé une privation de publicité pour l’émission « Touche pas à mon poste », décidée par le régulateur après un canular douteux.

La saveur d'un produit alimentaire et le droit d'auteur


Plusieurs techniques permettent de valoriser l'art culinaire.
L'une d'elle n'est pas encore au point : la protection de la saveur par le droit d'auteur.

Article

Article 434-3 et interprétation stricte de la loi pénale -

Article 434-3 et interprétation stricte de la loi pénale - 

De la protection du secret du confident et de la délicate remise en question de ses limites.

Démarchage téléphonique : la CNIL inflige une amende de 500 000 euros

Démarchage téléphonique : la CNIL inflige une amende de 500 000 euros: Une société spécialisée dans les opérations de type « isolation à un euro » vient de se voir infliger une sanction de 500 000 euros par la CNIL. L’aut...

Le nouveau droit des marques -

Le nouveau droit des marques - 

La base de licéité des traitements RH sur les données à caractère personnel des employés n'est pas le consentement : une tendance qui se confirme.

La base de licéité des traitements RH sur les données à caractère personnel des employés n'est pas le consentement ...Une tendance qui se confirme - PWC sanctionné.
Lire l'article

Cette tendance rejoint le "Document de travail relatif à une interprétation commune des dispositions de l’article 26, paragraphe 1, de la directive 95/46/CE du 24 octobre 1995", et de précédents commentaires :
https://www.village-justice.com/articles/rgpd-donnees-consentement-des-salaries-est-pas-necessaire-pertinent,30337.html

Sur le fléau du web scraping

Le web scraping paraît encouragé par cette décision américaine. HiQ collecte des données à caractère personnel collectées préalablement par Linked In, sous prétexte que ces données sont publiques
Il y a pourtant bien une atteinte aux intérêts de Linked In qui fournit l'effort de collecte initiale. Par ailleurs les personnes n'ont pas autorisé ce scraping de leur profil...

Lire l'article


La difficulté de la gestion juridique de l'open source..

Les licences open-source sont diverses et peuvent intervenir dans un même projet informatique à condition d'être correctement gérées :
Lire l'article

Commentaire sur les décisions Google My Business


Un commentaire qui interroge notamment les conditions de collecte des données personnelles professionnelles par Google My Business.
Google My Business la saga continue..

Dans le prolongement de mes précédents articles sur le sujet :
Protection des données personnelles

Google refuse de rémunérer la presse

Droits voisins: Google défie la France

Google refuses to remunerate the French press, in spite of the new incitating EU directive. It's a twenty years old debate now. Google has always considered that the links and excerpts pointing to the news had to be free, as well as the indexing of any web page.

One can understand this point of view. And why should the press could not make it without Google ? Journalists should make a front.

Google forgets anyway that journalism is a real work, and that news are not presented, within the Google search engine, as "any web page" but under a specific "news" tab or app. 

So there is obviously a kind of undue profit if one consider that Google makes its own newspaper with third parties contents, even limited to titles and excerpts. ...to follow.


Protected designation of origin Champagne and trademark law within the European Union, the issue of labeling

Trademark law aims to protect the commercial circuit by associating a sign with a line of products or services in a given territory. In the European Union, it is harmonized by European Union law. The Union also has its own Community trade mark system valid throughout the Union and managed by the Union Trademark Office, the EUIPO ex-OHIM.

Protected designation of origin is a legal regime of Union law (during the French AOC) which aims to promote and maintain local terroirs and know-how.

EU law (Articles 2, 3 and 4 TFEU) provides for exclusive EU competence in trade policy, competition rules and customs union, and shared competence with the Member States in sectors of agriculture and consumer protection.

Since the subject is both a matter of market protection and the quality of products, EU law is therefore very present.

"PDO protected designations of origin" are granted under strict conditions and are effectively protected.

PDOs attest to the quality of a product because of its origin and the methods used. Their use is strictly regulated.

A distributor can not distribute champagne without affixing the word champagne.

With regard to champagne, the Champagne Committee (CIVC), a French national institution, controls the affixing of trademarks and associated labeling on champagne products, through a system of registration of the brand act of a manipulator or a distributor). The number thus attributed must appear on all documents relating to the product.

Example of a subject of conflict:

Traditional denominations assimilated to appellations of origin should not be confused with certain traditional, non-geographical terms relating to wines and spirits, such as "traditional method", "reserve", "clos", "village" or "castle". These statements are not designations of origin, but sare protected as corollaries of certain appellations which they are booked.

Translations: PDO-PGI - The PDO-PGI regulations explicitly provide for the case of the translation of appellations.

Articles 13 (1) (b) of Regulation (EU) No 1151/2012 and 103 (2) (b) of Regulation (EU) No 1308/2013 guarantee the protection of PDOs and PGIs. registered, "even if the protected name is translated" (see ECJ, 26 Feb. 2008, case C-132/05, point 78, number 120, protection of PDO "Parmigiano Reggiano" in its translated from "parmesan").

This protection is in line with Article 23 of the TRIPS Agreement - the regulations refer to it - which, in the context of the additional protection for wines and spirits, excludes the translation of geographical indications into concerning to designate strictly similar products:

TRIPS, art. 23

'each Member shall provide the legal means enabling interested parties to prevent the use of a geographical indication identifying wines for wines which are not originating in the place indicated by the geographical indication in question, or identifying spirits for spirits that do not originate in the place indicated by the geographical indication in question, even in cases where the geographical indication is used in translation.'


Main texts related to the wine sector

Union

Regulation (EC) No 110/2008 of the European Parliament and of the Council of 15 January 2008 on the definition, description, presentation, labeling and protection of geographical indications of spirit drinks and repealing the Council Regulation (EEC) No 1576/89 Council

Regulation (EC) No 491/2009 of 25 May 2009 amending Regulation (EC) No 1234/2007 establishing a common organization of agricultural markets and on specific provisions as regards certain products in this sector (Single CMO)

RegulationCommission Implementing Regulation (EU) No 314/2012 of 12 April 2012 amending Regulations (EC) No 555/2008 and (EC) No 436/2009 in concerning the documents accompanying the transport of wine products and the registers to be kept in the wine sectorwine

Regulation (EU) No 1308/2013 of the European Parliament and of the Council of 17 December 2013 on the organization ofNo common agricultural product market and repealing Regulation (EEC) No 922/72, (EEC) No 234/79, (EC) No 1037/2001 and (EC) No 1234/2007

Commission Delegated Regulation (EU) 2018/273 of 11 December 2017 supplementing Regulation (EU) No 1308/2013 of the European Parliament and of the Council as regards the system of authorizations for vine plantings, the vineyard register, the documents and certification, the register of entries and exits, the compulsory declarations, the notifications and the publication of notified information, supplementing Regulation (EU) No 1306/2013 of the European Parliament and of the Council as regards applicable controls and penalties amending Regulations (EC) No 555/2008, (EC) No 606/2009 and Commission Regulation (EC) No 607/2009 and repealing Regulation (EC) No 436/2009 of the Commission and Delegated Regulation (EU) 2015/560 of the Commission

Delegated Regulation (EU) 2 019/33 of 17 October 2018 supplementing Regulation (EU) No 1308/2013 of the European Parliament and of the Council as regards applications for the protection of designations of origin, geographical indications and traditional wine sector, the opposition procedure, restrictions on use, amendments to specifications, cancellation of protection, labeling and presentation

France

Wine Code, Article 152 et seq. in particular
Law of 6 May 1919 on the protection of designations of origin
Law of 13 January 1938 supplementing the provisions of the Decree of 30 July 1935 on controlled appellations of origin
Act of 12 April 1941 establishing an interprofessional committee for Champagne wine
Decree No. 78 -71 of 17 January 1978 concerning the density of plantations, the methods of conduct and the methods of size of the vines intended for the production of wines with a designation of origin contrôlée "Champagne and" Coteaux champenois "
Decree n ° 2010-1441 of November 22, 2010 relating to the controlled label of origin" Champagne "
Decree n ° 2012-655 of May 4, 2012 relating to the labeling and the traceability of vitivinicultural products and certain oenological practices



Conclusions de l'avocat général sur C-18-18 Piesczek contre Facebook - Obligation de surveillance de l'hébergeur limitée à l'atteinte

"Article 15(1) of Directive 2000/31/EC of the European Parliament and of the Council of 8 June 2000 on certain legal aspects of information society services, in particular electronic commerce, in the Internal Market (‘the Directive on electronic commerce’) must be interpreted as meaning that it does not preclude a host provider which operates a social network platform from being ordered, in the context of an injunction, to seek and identify, among all the information disseminated by users of that platform, the information identical to the information that has been characterised as illegal by a court that issued that injunction. In the context of such an injunction, a host provider may be ordered to seek and identify the information equivalent to that characterised as illegal only among the information disseminated by the user that disseminated that illegal information. A court adjudicating on the removal of such equivalent information must ensure that the effects of its injunction are clear, precise and foreseeable. In doing so, it must weigh up the fundamental rights involved and take account of the principle of proportionality."


L’article 15, paragraphe 1, de la directive 2000/31/CE du Parlement européen et du Conseil, du 8 juin 2000, relative à certains aspects juridiques des services de la société de l’information, et notamment du commerce électronique, dans le marché intérieur (« directive sur le commerce électronique ») doit être interprété en ce sens qu’il ne s’oppose pas à ce qu’un hébergeur qui exploite une plateforme de réseau social soit contraint, dans le cadre d’une injonction, de rechercher et d’identifier, parmi toutes les informations diffusées par les utilisateurs de cette plateforme, les informations identiques à celle ayant été qualifiée d’illicite par une juridiction ayant rendu cette injonction. Dans le cadre d’une telle injonction, un hébergeur peut être contraint de rechercher et d’identifier les informations équivalant à celle qualifiée d’illicite uniquement parmi des informations diffusées par l’utilisateur ayant diffusé cette information. Une juridiction statuant sur le retrait de telles informations équivalentes doit garantir que les effets de son injonction sont clairs, précis et prévisibles. Ce faisant, elle doit mettre en balance les droits fondamentaux en présence et tenir compte du principe de proportionnalité.

Le projet de loi haine en ligne

Le projet en discussion vise à discipliner internet, et on oscille entre peur d'une possible dictature naissante et le besoin évident de répression des contenus malfaisants - Il est en effet inadmissible que des gens se lâchent sur internet alors que bien évidemment ils ne le feraient pas dans la rue, en tout cas pas seuls. Mais c'est donc surtout l'anonymat sur internet qui favorise les comportements déviants, le projet en discussion ne développe pas assez ce point et se repose sur les hébergeurs, les moteurs, les FAI et les autorités administratives pour traiter les retraits, sans responsabilisation des internautes, un embryon de dictature donc.

https://www.nextinpact.com/news/107982-haine-en-ligne-tour-dhorizon-265-amendements.htm

Cyber-Fraud in Hong Kong,...commission of 5 June 2019

(droitfrancechine.org) Exciting meeting recalling that cyber-fraud is the third most common financial crime after arms and drug trafficking, and is practiced at an industrial level, in particular by fraudulent international transfers through Hong Kong accounts of Chinese companies (12,000 monthly creations) awakened for the occasion. The place is conducive to money laundering. Fraud "to the president" is a privileged sport, which consists in manipulating company's employees to obtain transfers by means of manoeuvres that lead them to believe that it is a legitimate order (from an executive, a supplier). SWIFT can sometimes be recalled: translate the complaint, use the Registrar of Hong Kong companies, forward it to the Hong Kong Police (online complaint) for the issuance of a no consent order addressed to the Hong Kong bank, to be doubled by a lawyer's letter, and a detailed statement. Obtain a Mareva Injunction ("in personam, under English law applicable in the Commonwealth, in this increasingly "mandarin" Hong Kong) for the freezing of assets pending a decision on the merits, and a disclosure (Norwish Pharmacal) order to obtain statements by the bank. Assign the fraudsters to Hong Kong (short-circuit action) to request a seizure order in the hands of the bank if the money is still there. These are some of the first steps. (cf. the movie with Vincent Elbaz "je compte sur vous" 2005.

Compared advantages between international arbitration and the international commercial chambers of Paris



(https://www.faba-law.org) 6 June 2019, Relatively to the international commercial chambers of Paris:

The international commercial chambers of Paris (commercial court and court of appeal) settle international disputes with a double degree of jurisdiction; the production of documents and testimonies can be in English, the decision is in French and in English.

In relation to international arbitration:

- double degree of jurisdiction ;

- almost free of charge;

- judges and place of jurisdiction not chosen by the parties;

- similar duration;

- collaboration between magistrates / lawyers; cross-examination;

- public procedure and decisions but possible confidentiality of proceedings in chambers of counsel at the commercial court, and possible confidentiality with "trade secret" legislation;

- note: arbitral awards are in principle better enforced in the United States than decisions of European state courts (exequatur);


Procedural protocols:
http://www.avocatparis.org/creation-des-chambres-commerciale-internationales-de-paris

Attributive clause:

“The parties agree to submit all disputes arising from their contractual relations, including disputes relating to the performance, interpretation, validity or termination of such relations, as well as their disputes relating to liability arising from a breach of competition law, to the jurisdiction of the International Chamber of the Paris Commercial Court at first instance and to the International Chamber of the Paris Court of Appeal on appeal. The parties irrevocably agree on the protocols governing the manner in which cases will be examined and adjudicated before these chambers.”

La longue lutte contre les annuaires sauvages

La longue lutte contre les annuaires sauvages (ou Aspirateurs de Données Personnelles, les ADN) n'est pas terminée : Les annuaires en ligne collectant les données de professionnels sans leur autorisation sont légion sur Internet, c'est une vraie pollution. Ils vous refont le portrait alors que vous n'avez rien demandé. Ils se targuent parfois de la liberté d'expression, se prenant ainsi pour des véritables organes de presse, alors que leurs visées sont éminemment mercantiles. Il s'agit d'attirer des clics ! du traffic ! du revenu publicitaire, voire des abonnements de la part des dits professionnels contraints de s'inscrire à l'annuaire indélicat pour limiter les dégâts. Certains vont même jusqu'à affubler les malheureux professionnels, moutons qui passent à la tonte, de numéros surtaxés qui ne sont pas les leurs. La jurisprudence dans son ensemble condamne ces comportements mais pas toujours (https://www.legalis.net/actualite/le-tgi-de-paris-refuse-de-supprimer-une-fiche-google-my-business/). Pourtant un règlement européen, d'application directe, prévalant sur toute disposition nationale contraire, est particulièrement clair sur le sujet : Pas d'utilisation non autorisée des données personnelles !

Au delà de la thématique des données personnelles, une entreprise dénigrée ou malmenée pourrait se plaindre de plusieurs préjudice, dont celui d'être privée de sa communication, ou d'être victime d'escroquerie (celle-ci, non qualifiée sur le plan pénal, n'en sert pas moins à caractériser la faute civile), et...en évitant les terrains frustrants de la voie pénale ou de l'action en diffamation.



Photo d'une oeuvre par un ex-salarié

Au delà des éventuels aspects de droit de la propriété intellectuelle et de droit à l'image se pose la question du but poursuivi ; l'ex salarié qui présente sur son site des clichés (qu'il a pris lui-même) des réalisations faites pour le compte de son ex-employeur ne fait que présenter son savoir-faire et ne commet pas de concurrence déloyale.

https://www.legalis.net/actualite/diffusion-de-photos-dun-ex-salarie-pas-de-concurrence-deloyale/

L'arme redoutable de la déchéance de marque.

La procédure de déchéance de marque permet de faire tomber une marque pour non usage pendant cinq ans (droit de l'Union). D'où la nécessité pour le titulaire de la marque de prévoir un libellé précis des produits ou services désignés par sa marque, facilitant la preuve de son usage effectif en cas de contestation. En savoir plus 

Le droit de la communication et la sanction des contenus préjudiciables

Le droit de la communication et la sanction des contenus préjudiciables

Plusieurs voies procédurales existent pour traiter les décaccords sur des informations diffusées à plus ou moins grande échelle par les médias et les divers moyens de communication, réseaux sociaux ou autres.
Cela consiste, moyennant le plus souvent un minimum de démarches amiables préliminaires ou auprès des plateformes, à saisir les juridictions pénales (démarche répressive) ou civiles (démarche plus orientée vers le retrait de contenus) via des procédures d'urgence ou des procédures longues, pour demander un retrait de contenu et des dommages-intérêts.
Les autorités administratives type CNIL, CSA, DGCCRF, ...ou des associations peuvent aussi être saisies dans le cadre d'actions préventives ou collectives. La médiation peut aussi s'avérer utile.
Selon le cas il faudra privilégier une procédure courte (dans les cas les plus évidents) ou longue, diligenter une enquête civile ou pénale ou citer directement devant le tribunal.
La loi sur la presse traite plus particulièrement de la répression des délits type diffamation et injure, d'atteinte à la présomption d'innocence, dans le souci de préserver la liberté d'expression.
Cette procédure presse est donc semée d'embuches ce qui a pour effet de décourager les plaignants. Et l'utilisation d'une procédure courte pour un retrait de publication ou une demande de déprogrammation peut s'avérer périlleuse.
Mais autour de la loi sur la presse il existe des législations et des régimes spécifiques qui permettent de sanctionner d'autres types de contenus : pêle-mêle :
- La récente loi sur la manipulation électorale (loi "fake news"),
- La protection de la vie privée,
- Le référé internet hébergeur,
- Loi sur les données personnelles,
- Droit à l'image, droit d'auteur,
- Les régimes spéciaux sur les contenus sensibles (pédophilie, terrorisme...),
...
De façon générale n'importe quel contenu peut susciter des poursuites sur le plan civil ou pénal dès qu'un dommage est avéré ou imminent, à mois que l'on se trouve dans les cas réglés par les régimes spéciaux, auquel cas on ne peut déroger à ces régimes spéciaux. D'où l'importance de la qualification correcte du contenu.
Ainsi, par exemple, le dénigrement d'un produit ou d'une entreprise, d'une marque, peut souvent se régler plus simplement par des procédures civiles courtes, en qualifiant soigneusement le contenu incriminé de "dénigrement" et non de diffamation.
FIN






Notification par voie postale : quel est le point de départ du délai ? - Pénal | Dalloz Actualité

Notification par voie postale : quel est le point de départ du délai ? - Pénal | Dalloz Actualité

Spécificité de l'article 706-33 du code de procédure pénale et délai de recours très court de 24h :  Lorsque la notification de la décision a lieu par voie postale, le délai de recours très court de 24h commence à courir à compter de la date de présentation de la lettre à l’adresse du destinataire.

La computation des délais de procédure ne s’applique pas à la prescription - Procédure civile | Dalloz Actualité

La computation des délais de procédure ne s’applique pas à la prescription - Procédure civile | Dalloz Actualité

La subtilité de la computation des délais : le régime applicable à la computation des délais de procédure n'est pas le même que celui applicable aux délais de prescription, notamment en matière de diffamation.

Legalis | L’actualité du droit des nouvelles technologies | Première décision dans le conflit Blue Mind / Linagora

Legalis | L’actualité du droit des nouvelles technologies | Première décision dans le conflit Blue Mind / Linagora: L’actualité du droit des nouvelles technologies

Un cas typique d'affaire mêlant des aspects de propriété intellectuelle, de concurrence, de parasitisme. L'ancien salarié ou dirigeant qui créée sa propre activité après avoir souscrit des engagements de non concurrence, dans le secteur informatique.

Qu'est-ce que la rémunération pour copie privée ? - video dailymotion

La rémunération copie privée sert à financer le secteur culturel Qu'est-ce que la rémunération pour copie privée ? - video dailymotion